Transaction sécurisée en cours

Veuillez patienter

Chargement

Les cookies vous permettent de bénéficier de nombreuses fonctionnalités afin d'améliorer votre expérience sur le site MaForêt. En utilisant ce site, vous acceptez de recevoir des cookies conformément à notre politique sur les cookies. Fermer

  0 805 69 38 37 (Gratuit)   Aide
  • Guide d'utilisation
  • Nos dossiers
  • A propos de MaForêt
  • Accueil
  • AccueilAccueil Accueil Accueil

    Se protéger des phénomènes météorologiques

    Les séquelles des tornades sur les forêts allemandes

    La tornade est un phénomène encore rare en Europe. La tempête qui s’est abattue en Allemagne en mai dernier montre cependant la violence qu’elle peut atteindre et ses conséquences désastreuses sur les forêts. 

    Au mois de mai dernier, l’Allemagne a été touchée par une série de tornades destructrices. L’une d’entre elles a laissé des traces durables sur les monts boisés du Feldberg, près de la frontière suisse. Son intensité n’a pas encore été déterminée avec précision, mais les premières enquêtes sur le terrain font état d’une tornade F2 sur l’échelle de Fujita (avec des vents tourbillonnant à environ 220 km/h). La tornade a creusé sur son passage un sillon de près de 500 m de large dans ce massif forestier sur 10 km de longueur. L’étude des dégâts permet de confirmer la réalité d’une tornade, c’est-à-dire un phénomène de vents tourbillonnaires se présentant sous la forme d’un entonnoir qui touche le sol. Les arbres couchés et éparpillés dans tous les sens, sur une zone très localisée pouvant atteindre plusieurs kilomètres, témoignent de ce phénomène, et non d’une rafale descendante avec laquelle on peut la confondre.

    Des photos aériennes dévoilent le sillage laissé par une tornade sur la montagne de Feldberg.

    En Europe, ce sont les conditions climatiques propres à la grande plaine du Nord qui favorisent l’apparition des tornades, notamment en Allemagne et en Pologne. 

    En France, c’est en Languedoc-Roussillon et en Nord-Pas-de-Calais-Picardie que l’on en dénombre le plus mais aussi dans l’Est. Par ailleurs, si l’impact du changement climatique sur la multiplication de ce phénomène n’a pas encore été prouvé scientifiquement, les tempêtes et orages violents sont amenés à se multiplier, comme nous avons pu le constater au printemps dans le nord-est de la France.

    Sylvassur, une innovation majeure en matière d’assurance forestière

    Face à de telles catastrophes, il est important de rappeler que les dégâts causés par le vent sont des dégâts assurables. La loi de modernisation agricole de juillet 2010 l’a rappelé et a même précisé que, jusqu’au 31 décembre 2016, en cas de sinistre majeur, les propriétaires forestiers assurés contre les tempêtes seront significativement mieux aidés par l’État que les autres. Et surtout qu’à compter du 1er janvier 2017, il n’y aura plus d’aides pour les propriétaires forestiers sinistrés, contrairement à ce qui s’était produit en 1999 et 2009. Il est donc désormais de la responsabilité du propriétaire de prendre une assurance dommages, permettant au minimum de couvrir les coûts de reboisement. D’autant que pour l’y aider, une réduction d’impôt sur le revenu de 5,47 €/ha assuré contre la tempête chaque année est mise en place au sein du DEFI assurance obtenu par la Fédération.

    SYLVASSUR est la solution la plus adaptée pour l’assurance dommages des forêts en France :

    • Un assureur LE LLOYD’S, un leader mondial très bien noté (AA- par Fitch, A+ par S&P), un courtier VERSPIEREN, acteur de référence et spécialiste de services d’assurance personnalisés ;
    • Une assurance au choix pour couvrir le risque incendie ou incendie + tempête, sans majoration pour les résineux ou les peupliers ;
    • Une assurance à la carte par parcelle, sans obligation d'assurer la totalité de la forêt ;
    • Le choix laissé au propriétaire entre une garantie forfaitaire (peuplements à valeur stable) ou une garantie évolutive dans le temps (peuplements à valeur croissante), et ce indépendamment pour chaque parcelle ;
    • Des valeurs garanties au choix entre 500 €/ha et 25 000 €/ha ;
    • Première assurance qui indemnise totalement la parcelle dès un seuil de dégâts laissé au choix de l’assuré (50 %, 65 % ou 75 %) ;
    • Première assurance où le Sauvetage, acquis à l’assuré, est déduit forfaitairement pour 20 % de l’indemnisation, ce qui permet à l’assuré de commencer l’exploitation et la remise en état sans contrainte et sans délais ;
    • Des tarifs très compétitifs, ajustés par région, largement inférieurs à ceux du marché, pour une assurance conçue par des forestiers et éligible à la réduction d’impôt sur le revenu (DEFI) de 5,47 €/ha en 2015. 

    Les caractéristiques principales du produit

    Seuil d'intervention 20 % sinistrés de la surface parcellaire (parcelles cadastrales ou forestières)
    Indemnisation totale de la parcelle À partir d’un seuil de dégâts choisi par l’assuré : 50 %, 65 %, ou 75 % (permet d’adapter l’assurance au type de forêt) 
    Sauvetage acquis au propriétaire après déduction forfaitaire Déduction forfaitaire de 20 % de l'indemnité (simplification de l’expertise, indemnisation rapide, exploitation sans attendre) 
    Valeur de sauvetage réelle Commercialisation acquise à 100 % au propriétaire
    Franchise  PAS de FRANCHISE
    Détermination de la surface sinistrée et de l’indemnisation par parcelle TAUX de dégâts = surface sinistrée/surface totale de la parcelle

     

    Un fonctionnement simple et organisé

    Forêts de France
    Dossier rédigé par Forêts de France