Transaction sécurisée en cours

Veuillez patienter

Chargement

Les cookies vous permettent de bénéficier de nombreuses fonctionnalités afin d'améliorer votre expérience sur le site MaForêt. En utilisant ce site, vous acceptez de recevoir des cookies conformément à notre politique sur les cookies. Fermer

  0 805 69 38 37 (Gratuit)   Aide
  • Guide d'utilisation
  • Nos dossiers
  • A propos de MaForêt
  • Accueil
  • AccueilAccueil Accueil Accueil

    Reconnaissance des stations forestières

    La station forestière est l’élément fondamental de la gestion forestière. A partir de son identification, le forestier peut installer ou favoriser des essences adaptées aux sols et aux variations climatiques. En diversifiant les essences bien adaptées la forêt sera plus résistante aux aléas climatiques et phytosanitaires, les équilibres biologiques seront renforcés.

    Définition

    Une station forestière est une étendue de terrain homogène sur le plan du climat, de la topographie, du sol et de la végétation spontanée. 

    racines
    Enracinement. © Photographie : Gilles Bossuet – CRPF PACA © CNPF

     

    Reconnaitre les stations forestières

    La reconnaissance des stations forestières s’effectue grâce à l’observation :

    1. de la topographie, car le relief joue un rôle sur la circulation de l’eau et sur le microclimat. Les sols frais se rencontrent fréquemment en fonds de vallons tandis que sur les hauts de versants le manque d’eau se fait ressentir, notamment pour ceux exposés au Sud.
    2. du sol, support mais aussi réservoir alimentaire et en eau des arbres. Le sondage permet d’observer les spécificités en matière de profondeur, charge en cailloux, présence de nappe d’eau temporaire ou permanente, composition de la texture (argiles, limons, sables), etc.
    3. de la végétation spontanée. La flore spontanée contribue à apporter de bonnes indications sur la fertilité et l’humidité du milieu. Son inventaire permet de confirmer, voire préciser, les informations obtenues par l’examen du sol. ·

    L’identification des stations forestières nécessite des acquis en pédologie et en botanique. Des formations sont régulièrement organisées.

    Agroforesterie
    Agroforesterie © Photographie Gregory Sajdak – IDF © CNPF

     

    Témoignage

    Pour chaque renouvellement de plan simple de gestion nous proposons au propriétaire de réaliser une carte des stations forestières de son bois. Cette carte semble coûteuse au propriétaire mais elle est vite rentabilisée car elle permet d'éviter de longues discussions sur les priorités du PSG et donc de diminuer les frais de gestion, de concentrer la gestion sur les parcelles fertiles et d'éviter de planter sur les mauvaises stations qui sont souvent des milieux naturels rares et fragiles. Cette carte reste valable pendant plusieurs décennies. Je rédige donc tous mes plans simples de gestion avec une carte des stations forestières et les propriétaires en sont pleinement satisfaits.
    Monsieur D, conseiller forestier  

    Exemple de choix d'une essence

    Contexte

    Les études sur le comportement des essences nous ont appris, entre autre, que le Merisier aime les milieux plutôt riches et ne supporte pas les sols engorgés avant 60 cm de profondeur. En étudiant une station forestière, il a été déterminé :

    • une texture limono-argileux puis argileux vers 40 cm). La richesse en éléments nutritifs est assez bonne,
    • une charge en cailloux inexistante,
    • un sol profond, frais mais temporairement engorgé vers 40 cm.
    • une situation topographique de vallon
    Élagage de merisier au sécateur électrique réalisé par le propriétaire. © Photographie : Sylvain Gaudin – CRPF CA © CNPF. 

    Exemple : le merisier

    Le merisier est-il adapté à ce sol ?

    Non, car le Merisier est une espèce très sensible à l’engorgement, même temporaire. Il est probable que la plantation soit un échec ou que des problèmes apparaissent dans le peuplement au cours des 30 premières années (croissance anormalement lente, dépérissement…). La présence de nappe d’eau temporaire représente le facteur limitant de la station forestière pour le merisier. Pour ce cas, une plantation de Chênes pédonculés ou de peupliers serait préférable.  

    Témoignage

    Nous avons participé à la rédaction d'un guide des stations forestières incluant le territoire du PNR. Cet outil qui s'adresse aux sylviculteurs est très utile pour les guider dans leurs choix d'essences et de gestion afin de produire du bois de qualité dans le cadre d'une gestion durable. Le guide des stations forestières permet aussi de sensibiliser les sylviculteurs au respect des milieux naturels intra forestiers tels que les clairières et les landes et ainsi de leur éviter des désillusions en cas de projet de boisement de ses zones. 

    Parc Naturel Régional (PNR) Oise Pays de France

    La cartographie des stations forestières : quel intérêt ?

    Identifier les stations forestières est utile à plusieurs étapes de la gestion :

    • Avant de choisir ses essences de plantation ou d’enrichissement.
    • Avant de dépresser les jeunes plants d’une régénération naturelle.
    • Avant de marquer une coupe (afin de privilégier les essences les mieux adaptées).
    • Lors de la rédaction du plan simple de gestion pour orienter ses choix sur le long terme.

    Vous avez le choix entre :

    • Réaliser une étude ponctuelle des stations forestières sur la parcelle travaillée.
    • Réaliser une carte des stations forestières sur toute la forêt.

     

    La carte des stations forestières permet d’affiner l'analyse.

    La vue d'ensemble des potentialités forestières de la propriété qu’elle fournit met en avant des secteurs à enjeux particuliers (zones peu productives, à sols fragiles...). Associée à une carte des peuplements, elle constitue un outil appré- ciable d’aide à la gestion pour préciser les priorités et les grandes orientations en pri- vilégiant, par exemple, les interventions dans les secteurs les plus productifs. 

     

    Station 1 

    Les contraintes sont très fortes : engorgement permanent, débardage quasi impossible, croissance très lente de bouleaux et d'aulnes. De plus, il s'agit d'un milieu naturel rare qui est très sensible aux modifications du régime des eaux. Il est donc recommandé au sylviculteur de ne rien faire dans cette parcelle à la fois pour éviter les dépenses inutiles et pour ne pas déstabiliser un milieu rare.

    Station 5

    Il n’y a quasiment pas de contrainte. Le sylviculteur peut ainsi favoriser les essences à croissance rapide telles que l’érable syco- more ou le châtaignier (absence d’hydromorphie) mais aussi le chêne sessile en sylviculture dynamique. Le recours à des essences locales et en mélange permettra de minimiser les risques (facilité de la régénération, conservation des ressources génétiques, résistance aux impacts des ravageurs et des tempêtes).

    La finesse de la représentation cartographique dépend en grande partie de l’expérience, du sens de l’observation du réalisateur et de son acuité à saisir la logique de distribution des stations forestières. Elle provient également de la complexité du massif forestier et de la méthode employée. Les professionnels de la forêt comme les organismes de gestion en commun (coopérative, groupement), les experts forestiers et les CUMA forestières…, peuvent élaborer ce type de cartes pour les propriétaires.

     

    Sylvain Pillon

    Forêts de France
    Dossier rédigé par Forêts de France