Transaction sécurisée en cours

Veuillez patienter

Chargement

Les cookies vous permettent de bénéficier de nombreuses fonctionnalités afin d'améliorer votre expérience sur le site MaForêt. En utilisant ce site, vous acceptez de recevoir des cookies conformément à notre politique sur les cookies. Fermer

  0 805 69 38 37 (Gratuit)   Aide
  • Guide d'utilisation
  • Nos dossiers
  • A propos de MaForêt
  • Accueil
  • AccueilAccueil Accueil Accueil

    Une récolte résineuse stagnante depuis 30 ans et des prix qui restent faibles

    Depuis les années 1950, en France, la ré-colte de bois commercialisée totale a été en constante augmentation mais l’on remarque un palier depuis les années 1990*.

    La part des résineux dans la récolte totale est passée de 46 % en 1970 à 69 % en 2013. On associe cette augmentation à l’entrée en production des peuplements plantés avec l’aide du FFN après la guerre et à la demande croissante de la filière pour les secteurs de la construction et de l’emballage. La récolte feuillue s’est parallèlement effondrée. Si l’on dé-taille par essences résineuses, l’évolution de la récolte de grumes est plus contrastée. Le pin maritime, après une progression constante, a vu sa récolte chuter après les dégâts causés par les tempêtes de 1999 et 2009. Le sapin-épicéa et surtout le douglas sont a contrario toujours en progression (Graphique 4).

    Depuis 1973, on observe une forte diminution en francs constants des prix du bois d’œuvre résineux. Les essences les plus prisées sont le douglas et le sapin – épicéa (Graphique 5). Les différentes tempêtes ont nettement affecté les prix du fait de l’abondance de l’offre puis de l’écoulement progressif de stocks importants. Après la tempête Klaus, les prix du pin maritime déjà faibles ont chuté de 80 %. La baisse du prix des bois sur pied de ces différentes essences n’a que peu impacté les sciages dont les ventes dépendent du marché de la construction, largement international.

    >>> Suite

    Julie Thomas, CNPF-IDF
    Un article Forêt-Entreprise


    *Excepté après la tempête de 1999