Transaction sécurisée en cours

Veuillez patienter

Chargement

Les cookies vous permettent de bénéficier de nombreuses fonctionnalités afin d'améliorer votre expérience sur le site MaForêt. En utilisant ce site, vous acceptez de recevoir des cookies conformément à notre politique sur les cookies. Fermer

  0 805 69 38 37 (Gratuit)   Aide
  • Guide d'utilisation
  • Nos dossiers
  • A propos de MaForêt
  • Accueil
  • AccueilAccueil Accueil Accueil

    Le cèdre de l’Atlas

    Le cèdre doit certainement son aura sacrée à la majestueuse cime tabulaire qu’il atteint à l’âge adulte. Pouvant atteindre une hauteur de 30 à 40 mètres, c’est un arbre à croissance initiale lente mais longévif, au feuillage persistant macrophanérophyte, qui a pendant longtemps le port d’un sapin. Comme lui, c’est une dryade qui se régénère naturellement à partir de 30 ans, âge auquel son écorce commence à se fissurer.

     

    Caractères diagnostiques

    Notre Cedrus atlantica porte au bout d’un tronc à l’écorce gris clair de longs rameaux fins nettement pubescents. Ses aiguilles persistantes et raides sont  isolées sur les rameaux longs, et groupées en touffes sur les rameaux courts comme chez le mélèze. Les cônes ovoïdes et cylindriques de 6 à  8 cm sont dressés et se désarticulent au bout de deux ans en larges écailles dont chacune porte deux graines ailées. De quoi le différencier du cèdre du Liban, aux rameaux peu pubescents, à l’écorce foncée et aux cônes plus gros ; car si cette essence est symboliquement liée au Liban, le cèdre de l’Atlas ne doit pas être confondu avec le cèdre du Liban à l’aire géographique bien distincte. 

     

    Distribution géographique

    Cèdre de l'Atlas en FranceOriginaire des montagnes d’Afrique du Nord, du Maroc à l’Égypte, le cèdre de l’Atlas est celui qui a été principalement introduit en France en 1734 dans les basses et moyennes montagnes du Sud où il a été largement employé pour reboiser certaines crêtes et pentes du Luberon, du Ventoux, de l’Aigoual et du Lauragais, où il constitue aujourd’hui des peuplements remarquablement bien adaptés. Cette essence qui tolère les hivers froids, les fortes sécheresses et les conditions hydriques irrégulières reste sensible à la lumière les premières années et craint les brouillards. Par son enracinement pivotant et puissant, le cèdre demande un sol profond, mais tolère les sols superficiels calcaires, si la roche est suffisamment fragile pour que ses racines y pénètrent. On le retrouve globalement logé au même étage bioclimatique que le chêne pubescent. La sécheresse des dernières années a considérablement réduit son aire de répartition. 

     

     

    Usages, propriétés

    Débardage à chevalLe cèdre de l’Atlas est surtout connu comme arbre d’ornement, en situation isolée au centre de parcs. Outre cet usage décoratif, il a très tôt été utilisé dans la construction des édifices religieux pour sa symbolique et l’imputrescibilité de son bois. D’où son usage également en construction navale ou en charpente, en menuiserie et marqueterie ainsi qu’en artisanat où l’on apprécie sa couleur rouge. Durable et léger, le cèdre est un excellent bois d’œuvre aux propriétés mécaniques relativement élevées. Son parfum caractéristique présage d’autres qualités : son bois et sa résine sont largement utilisés en aromathérapie, notamment pour leurs vertus antiseptiques et relaxantes. Enfin, une qualité importante à noter : il résiste assez bien à la pollution…

     

    Emmanuelle Degoy

    Forêts de France
    Dossier rédigé par Forêts de France